Test du LeEco Cool 1 Dual : partenariat chinois fructueux ?

Damien
4.0
07

Le LeEco Cool 1 Dual est le fruit d’un partenariat de deux marques chinoises. LeTV et Coolpad. Les deux sont des constructeurs de smartphones, l’un plus connu que l’autre. Nous vous avions déjà parlé de ce smartphone lors de son officialisation, et notre hâte de le tester grandissait avec le temps. J’ai utilisé ce smartphone pendant 2 semaines, et il est temps de vous dire ce que j’en ai pensé. Alors, partenariat réussi ou flop commercial ?img_20150125_040724

Déballage du LeEco Cool 1 Dual

Ce LeEco Cool 1 Dual est livré dans une assez belle boîte en carton blanc. On retrouve à l’intérieur le smartphone évidemment, avec le bloc secteur, le câble d’alimentation et un feuillet contenant l’extracteur du tiroir Sim. Point intéressant, le câble de recharge est réversible pour l’USB. Le reste est banal, pas d’écouteurs dans la boîte, ni de coque. On ne s’en plaint pas, les coques ne sont pas si chères.

Le tout réversible est un plaisir !

Le tout réversible est un plaisir !

Prise en main et construction

Dans ce LeEco Cool 1 Dual on retrouve sans grande surprise le design général des smartphones propres à LeTV. C’est surtout la face avant qui créé la ressemblance, le dos étant facilement distinguable.

On retrouve donc en façade un écran de 5.5 pouces, qui semble ne pas avoir de bordures. La supercherie ne tient pas longtemps, et il suffit d’allumer cet écran pour voir apparaître des bandes noires assez imposantes. Je n’aime pas tellement ça, et aurais préféré que les bordures soient directement recouvertes.

img_20150125_035613

Les bordures hautes et basses ne sont quant à elles pas des plus fines. En haut se trouvent le capteur de luminosité/proximité, l’écouteur pour les appels et la caméra frontale. Bon point tout de même, la symétrie est agréable à l’œil. Les boutons de navigation ne sont pas intégrés dans l’écran, et sont donc placés sur la bande inférieure. Ils ne sont pas marqués, et on ne peut les voir que lorsque l’on les utilisent avec le rétro-éclairage.

img_20150125_035758

Construction

Pour le dos, on le reconnaît facilement à son double objectif photo. Le dos, légèrement incurvé, est en aluminium mat, avec des bandes plastiques pour faire passer le signal. La sensation n’est pas au niveau de ce que l’on atteint chez le Xiaomi Redmi Note 4, mais se rapproche du Umi Touch. Comprenez que le châssis est en plastique, et que le dos est recouvert d’une couche de métal.

img_20150125_035722

L’appareil photo est légèrement proéminent, et dispose d’un bague plastique qui l’entoure. Petit détail perturbant : voulu ou non, cette bague dépasse aussi du verre des objectifs. Ce n’est pas visible, mais on s’en rend compte quand notre doigt passe dessus. Le verre sera donc légèrement protégé. Un flash double ton est à sa droite.

img_20150125_035726

Le capteur d’empreintes est lui juste en dessous, et tombe très bien sous le doigt. Réactif, il suffit si l’on place bien son doigt de seulement un tap dessus pour déverrouiller l’appareil. Il est brillant, et cela divise. En tout cas, il est constamment recouvert d’une trace de doigt.

img_20150125_035734

La prise mini-jack 3.5 mm est elle présente, contrairement aux derniers LeEco 2, sur le haut de l’appareil, avec un capteur IR. Le haut parleur est lui en bas à droite, et le micro principal à sa gauche. Ils entourent à eux deux le port USB Type C.

img_20150125_035737

Le LeEco Cool 1 Dual est assez léger. Le fait qu’il soit en métal le rend assez glissant si on n’y fait pas attention. Les boutons physiques ne dépassent pas tellement, mais on s’y fait rapidement.  Souvent en appel, il m’est arrivé de me pincer les cheveux dans le châssis. Pas tellement douloureux mais quand même…

Ecran

L’écran de ce LeEco Cool 1 Dual n’est pas mauvais, 5.5 pouces en Full HD. Il peut être poussé à une forte luminosité, amplement suffisante pour l’utilisation en plein soleil, comme à une luminosité très basse pour ne pas vous abîmer les yeux lors d’une utilisation nocturne. La définition Full HD est convaincante, ainsi que la colorimétrie et le piqué. Il est cependant un peu pâle par défaut, et 4 options vous sont données pour le modifier à votre envie.

On peut aussi modifier la taille générale d’affichage, la taille de police, activer ou non un petit « boost » (enhancement), et d’autres petits réglages comme le temps avant la mise en veille auto. Bref, l’écran en lui même ne pourra pas vous déplaire.

img_20150125_035621

Mais par contre ce qui pourrait, ce sont ces imposantes bandes noires sur les côtés. C’est dommage car éteint il se présente bien, mais dès qu’on l’allume ça pique un peu les yeux. J’aurais préféré qu’elles soient directement recouvertes pas la peinture de la vitre.

Qualité audio et application musique

Perçons l’abcès tout de suite, le haut parleur n’est pas des meilleurs. Il suffit pour écouter des vidéos et podcasts, et encore en ne forçant pas dans les derniers crans du volume, car trop fort il a tendance à faire mal aux oreilles si les sons sont trop aiguës. Mais pour la musique, alors n’espérez pas trop de lui. Une musique simple passera, sans plus, mais dès qu’il y a trop de sons différents à faire sortir alors soit il grésille soit la qualité n’est pas au rendez-vous.

screenshot_20161114-220812

Par contre, l’application Musique est elle très bien faite ! Je suis littéralement tombé sous son charme. Elle est à mon goût encore mieux réalisée que celle des iPhone. Les images parlent d’elles mêmes, faites vous votre propre avis.

screenshot_20161114-220816

Bon, ce que je vais citer ne sera pas très utile pour nous, à moins que vous n’aimez les musiques chinoises. On retrouve comme dans l’application d’Apple, une section dédiée à ces chansons. Vous pouvez en écouter, en sauvegarder et en télécharger. Mais j’ai remarqué que l’on ne peut utiliser cette section qu’en réseau cellulaire. En WiFi aucune musique ne se chargeait.

screenshot_20161114-220822

EUI 5.8 et Android 6.0

La surcouche sur ce téléphone répond au doux nom d’EUI. Comme dans la majorité des ROM chinoises, on ne retrouve pas de tiroirs d’applications. Le design respecte les éléments du Flat Design.

Les menus sont eux aussi dans cet esprit. Tout est plat, en colonne et arrangé. Néanmoins, bien que cette ROM soit internationale, nombres sont les textes restants en anglais quand la langue choisie est le français.

screenshot_20161202-224308

Lorsque l’on déroule le panneau supérieur, on ne retrouve que les notifications, pas de réglages rapides. Pour ceux-ci, il faudra ouvrir le multi tâches. On aura donc les applications en fond et les fameux réglages rapides. C’est déconcertant au début, mais on s’y fait vite.

screenshot_20161120-094840

Aussi petit point dérangeant dans ces réglages, c’est que l’on ne peut pas mettre de mode silencieux. Soit son, soit mute, mais avec vibreur. Pour ne rien avoir du tout il faut passer en mode mute et désactiver l’option « vibrate then muted » se trouvant dans les réglages. On prend vite l’habitude, mais même après 2 semaines c’est toujours aussi peu pratique.

screenshot_20161202-224317

Un super manager est aussi présent. Il vous permet de consulter votre consommation de data, de faire le tri dans vos données, et de surveiller votre batterie. Certains trouvent cela utile, mais je ne ressens jamais l’utilisation de l’utiliser, quel que soit le smartphone.

Performances du LeEco Cool 1 Dual

Ce LeEco Cool 1 Dual est équipé du SoC Qualcomm Snapdragon 652, accompagné ici de 3 Go de RAM. Dans les jeux, aucuns ralentissements ne se font sentir, mais pour de très rares cas on sentait dans la fluidité d’image que la partie graphique était mise à mal.

8b04dcab5f9f038ea2b1597ae42ef1f9caaca88f20154e1ef2pimgpsh_fullsize_distr

Pour un usage quotidien rien à redire. Tout tourne parfaitement, les applications se lancent quasi instantanément pour les plus rapides, et en 1 ou 2 secondes comme les plus lourdes, comme Skype ou Snapchat. La mémoire vive garde bien en fond toutes les applications, et j’ai passé la majorité de mes journées à ne pas avoir besoin de supprimer d’applications en tâche de fond.

Pour les performances brutes, voyons ce que cela donne.

screenshot_20161127-162601screenshot_2016-12-02-15-36-22-615_com-primatelabs-geekbench

Pour GeekBench on obtient 1400 et 2300 points, et 825 pour 3D Mark en Sling Shot ES 3.1 qui est le test le plus lourd. Je n’ai pas réussi à lancer Antutu sur mon appareil, mais des benchmarks sur internet indiquent dans les 70 000 points. C’est donc un milieu de gamme avec de solides bases.

Une autonomie acceptable

Le LeEco Cool 1 Dual possède une batterie de 4060 mAh, soit 60 mAh de plus que le Xiaomi Redmi Note 4. J’attendais donc une autonomie équivalente, mais en pratique ce n’est pas le cas. En n’utilisant que très peu le smartphone je fais 7H-18H en perdant entre 15 et 20 % de batterie. Pour une journée d’utilisation normale, je finis antre 35 et 20 %. Rien de bien fou donc avec ce terminal, on tient la journée sans plus.

screenshot_20161202-224317

La charge rapide est aussi présente, mais je ne la trouve pas si rapide que ça. Je n’ai pas chronométré, mais pour encore le comparer au Redmi Note 4, j’ai l’impression qu’elle est légèrement plus lente.

Communication, réseau et GPS

Crevons tout de suite l’abcès, il n’y a pas de 800 MHz sur ce téléphone, voilà c’est dit. Néanmoins, les appels téléphoniques étaient nickel, juste quelques secondes d’attente entre le moment où l’on appelle et où ça commence à sonner. Les SMS sont eux parfois capricieux, et mettent un peu de temps à s’envoyer.

screenshot_20161202-224354

Le GPS n’a le droit à aucun reproches, rapidité et précision sont au rendez-vous. Les débits eux, sont très corrects, et tournent dans les 20 ms de ping, entre 45 et 50 mbits en descendant et entre 15 et 20 mbits en montant en plein Paris, on ne descend jamais en dessous.

Photographie, du bon et du perfectible

Le LeEco Le Cool 1 Dual à une particularité, qui en fait tout son intérêt. Il possède un double capteur photo à l’arrière. Un pour prendre la photo, et l’autre pour mesurer la profondeur de champ pour faire des effets de flou.

Mode classique

Comme le LeEco Le 2, l’appareil photo n’est pas mal. Il a juste tendance à cramer un peu les couleurs le soir : le ciel bleu foncé deviendra grisé par exemple. Les photos de nuits sont quant à elle de basse qualité.

img_20161201_184939img_20161128_170415

img_20161125_074451img_20161121_164321

img_20161117_171349img_20161121_164342

Dans un parking sans lumière, le flash est plutôt bon.

Dans un parking sans lumière, le flash est plutôt bon.

Dans un parking sans lumière, le flash est plutôt bon.

Dans un parking sans lumière, le flash est plutôt bon.

img_20161108_162512img_20161105_181034

Le mode manuel est lui très bien garnit, et en tant qu’assez bon photographe amateur j’y ai trouvé mon bonheur. L’appareil photo n’est donc pas mauvais du tout, mais il faudra aller dans le mode pro pour en tirer le meilleur parti.

img_20161121_171602img_20161121_171724

img_20161128_170125img_20161128_170131

Le mode flouté

Et bien, comment dire. Il y a du bon et du moins bon. Quand c’est pour prendre des flous avec un sujet bien défini, il n’y à aucun problème.

img_20161202_221957img_20161202_222022

img_20161108_162552

Mais par exemple quand la distinction est moins flagrante alors il confond le sujet et l’arrière plan, un peu comme le Xiaomi Redmi Pro.

Conclusion : pour la photo classique il est assez bon, mais dès que l’on veut jouer avec le double capteur, garde à ne pas vouloir en faire trop.

L’appareil photo frontal quant à lui à la fâcheuse tendance, purement asiatique, de lisser naturellement vos photos. Et en plus, un mode Beauté est présent si vous voulez pousser la chose encore plus loin.

Mon avis personnel

Ce LeEco Cool 1 Dual est indéniablement un très bon smartphone. Son utilisation quotidienne est agréable. Les seuls petits défauts que je peux lui trouver sont d’ordre matériels, avec les bandes autours de l’écran et la construction qui fait penser au UMi Touch. Si je devais le recommander, je dirais que son double capteur photo, bien que gadget me plaît bien, que son capteur d’empreintes est très réactifs, ainsi que la puissance est au rendez-vous. Si je devais vous en éloigner, je justifierai par sa construction avec du métal un peu fragile, son appareil photo proéminent et ses bordures noires. Au final, ce partenariat est le début d’une réussite. Le prochain LeEco Cool devrait combler tous les défauts de celui-ci.

Ce que j’ai aimé :

– Son ergonomie d’utilisation avec la ROM

– Son appareil photo principal de qualité

– La puissance suffisante

Ce que j’ai moins aimé :

– Sa construction qui peut déplaire

– Les bordures noires autour de l’écran

– Les SMS qui parfois prennent 2 ou 3 dizaines de secondes à s’envoyer

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de